Accueil ::> Les disciplines du collège ::> Lettres ::> Un conte à votre façon

Atelier d’écriture 6e

Un conte à votre façon

lundi 8 février 2010, par Monique Hamon-Klassen.

Les élèves de l’atelier d’écriture proposent...

Le roi qui ne riait jamais

Il était une fois dans un grand château à Paris, après une dure journée de chasse, un bouffon qui avait un don, un don exceptionnel ,celui de faire rire tout le monde. Son nom est Jean, il a 28 ans et c’est le meilleur des bouffons de France mais à cette époque en l’an 500 entre les guerres personne ne riait, on enterrait les perdants, soignait les blessés, faisait des réserves de nourriture, préparait les futures guerres. Donc le peuple ne pouvait pas rire, sauf pendant les longues périodes sans guerre.

Et ça faisait 4 mois sans guerre, mais seul le roi de Normandie ne riait pas, c’était le premier à ne pas rire, il faut dire qu’il avait perdu des proches ( c’est pour ça qu’il avait invité le bouffon ).Il faut dire qu’il avait beaucoup de proches qui étaient morts à la dernière bataille.

Jean blagua, tout le monde rit sauf le roi, le roi s’énerva et cassa plusieurs verres, alors il voulut renvoyer Jean. Akim, le valet protesta. Après tout leur époque devenait trop calme, il fallait rire c’était impératif. Si l’armée ne riait pas le roi perdrait sans aucun doute la prochaine bataille, ce qui empirerait la situation déjà critique du roi qui perdrait encore des proches.

Alors il renvoya Jean, le valet protesta, mais le roi resta fidèle à sa décision. Le valet appela alors les enfants malins du village. Une fois à la villa du roi, ils déposèrent une bouse magique dans un seau qui avait le pouvoir de changer les gens mauvais en gens extrêmement heureux, cette bouse était unique, elle venait d’une vache sacrée, une vache en or.

Quand le roi ouvrit la porte le seau tomba... Et tout le monde rit sauf le roi... On croyait qu’il lançait des jurons mais non, il riait, il reprit le bouffon et pour les enfants inventa la tectonique.

Les enfant dansaient, faisaient les DJ et en plus il fit des réductions sur les CD. Le roi colérique devint plein de bonté et maintenant tout le monde l’aimait.

Depuis quelques temps dans le royaume les enfants s’ennuyaient,
à force de faire des blagues, il n’y en avait plus. Donc les enfants n’avaient plus rien à faire, ce qui ennuyait ( et non énervait )
le roi et les sujets aussi s’ennuyaient : ça tournait en rond et le roi occupé par les guerres n’aimait pas que les soldats partent au combat tristes.

A cause des guerres le roi ne pouvait pas les faire rire et là il lui vint une idée. Après avoir préparé les guerres il fit des jeux de mots, des blagues et des farces, puis en parla au bouffon. Le bouffon fit une annonce : « Je fais un tout nouveau spectacle demain venez me voir ».

Le jour du spectacle... Personne, tout le monde était parti. Un message était dans la boite aux lettres du roi : « nous sommes partis au village voisin ». Le roi envoya une lettre « venez, le bouffon organise un nouveau spectacle ».

Pensant à la bonté du roi qui était toute nouvelle, les habitants lui dirent : « il faudrait moins de guerre et plus de spectacle ». Le roi dit aux habitants : il faudrait plus de bouffons. Alors il fit une annonce : « le bouffon forme des jeunes qui deviendront de futurs bouffons ». Du coup il demanda permission au bouffon qui accepta avec joie.

Les habitants revinrent alors petit à petit et les jeunes étaient formés assez rapidement : après tout, tout le monde peut faire rire à sa façon. Ils eurent plus de spectacles et les bouffons s’aidèrent pour les spectacles. Le roi devint encore plus heureux.

Simon Suard